Autolib’ peine à passer la seconde

par Christine Taconnet | 05-04-2012
Mots-clés : Autolib’ | autopartage
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Quatre mois après son lancement, l’autopartage électrique s’étend en Ile-de-France. Mais le nombre de conducteurs augmente moins vite que le nombre de stations. Les tarifs ont donc été révisés, avec un abonnement mensuel à 30 €.

Prendra, prendra pas ? A force de débats sur le bien-fondé d’Autolib’ –Visionnaire ? Trop cher ? Anti-écolo ? Concurrent déloyal ?– on en avait oublié de compter les Bluecar dans les rues, quatre mois après le difficile démarrage du système d’autopartage francilien.

Heureusement, Annick Lepetit, grande prêtresse de Delanoé sur le sujet (adjointe au maire chargée des déplacements et présidente du Syndicat mixte d’Autolib’), l’a fait pour nous : « Nous avons atteint 1000 Bluecar en circulation fin mars. » Il s’en loue en moyenne 750 chaque jour, et plus de 1100 le week-end, pour 3300 « abonnés annuels actifs » (5000 en comptant tous les types de forfaits y compris d’une journée). « Et ce chiffre augmente avec l’extension du service », se réjouit-elle.

Une rentabilité très lointaine
3300 conducteurs ? On est quand même loin de l’engouement de masse. D’autant que les stations, elles, poussent comme des champignons. Plus de 350 sont en service aujourd’hui, qui s’étendent jusqu’à Rueil-Malmaison à l’ouest, Châtenay-Malabry et Limeil-Brévannes au sud et Le Bourget au nord. Seule la Plaine Saint-Denis résiste encore, les Verts de la communauté d’agglomération y étant opposés.

Comment doper les abonnements ? Car n’oublions pas que le cahier des charges visait haut, en envisageant la rentabilité à 200 000 abonnés (Bolloré, de son côté, la fixait à 80 000 conducteurs).

Tarifs à la baisse
Réponse actuelle d’Autolib’ : modifier les tarifs. « Nous élargissons en avril la palette des offres. Le nouvel abonnement mensuel à 30 € permettra par exemple de ne pas utiliser le service pendant deux mois puis d’y retourner. Nous avons retravaillé notre abonnement famille, qui n’était pas bien compris. Il s’est transformé en abonnement multicartes, qui permet à quatre abonnés maximum de disposer de 16 heures de location mensuelles pour 165 €. » A cela s’ajoute une nouvelle offre pour les entreprises.

Ces décisions vont dans le sens d’une baisse des tarifs. Guère étonnant. A 5 € minimum la demi-heure, vite passée en circulation dense, le prix de la location est à surveiller de près. Les utilisateurs d’Autolib’ se contentent donc de courts trajets, de 10 kilomètres en moyenne. Ce qui ravit les pionniers de l’autopartage parisien, comme Mobizen, qui restent compétitifs pour aller plus loin ou partir en week-end.

Autolib’ a toutefois déjoué quelques-uns des malheurs qu’on lui prédisait. Le vandalisme, par exemple, serait minime. Le coût pour les collectivités continue à faire grincer pas mal de dents, mais ça n’a pas empêché 45 communes de rejoindre Paris dans la bataille.

En revanche, d’autres soucis sont venus se greffer. Le GPS, essentiel puisqu’il localise les places de parking disponibles dans les stations des alentours, a ainsi donné du fil à retordre aux premiers utilisateurs, avec ses bugs en série.

Encore trop d’aléas
La boîte automatique surprend également les novices. Après plusieurs démarrages intempestifs, le nombre de pare-chocs défoncés à fini par alerter. « Les conducteurs confondent pédale de frein et de débrayage, ce que nous n’avions pas prévu ! Nous avons donc changé les pare-chocs pour les renforcer », reconnaît Annick Lepetit.

De mêmes, les rappels par texto se sont généralisés, pour éviter les oublis qui font que le décompte horaire explose, et des brigades de réparation volante interviennent vite en cas de panne.

Plus embêtant : avec l’étalement du service, certaines stations de banlieue, où l’adoption est encore très timide, restent désespérément pleines. Que faire alors de sa Bluecar ?

José, un jeune papa parisien, reconnaît que lorsqu’il amène son bébé chez ses parents en première couronne, « il faut parfois tourner pour trouver une place dans une station, puis marcher un quart d’heure pour rejoindre son point d’arrivée. » Il ne s’en formalise pas. Mais le cadre en route pour un rendez-vous important sera nettement moins compréhensif. Pour le public professionnel, le service présente encore trop d’aléas.

La voiture électrique en libre-service fait néanmoins des émules en France. Nice vient ainsi de lancer son propre réseau, Auto bleue, avec des modèles de Peugeot et Citroën. A Lyon, en février, Daimler et Europcar ont lancé ensemble sur les routes les 200 Smart hybrides de Car2go.

Un bien ? Chez Cityzencar, service de location de voitures entre particuliers installé à Montreuil, Nicolas Le Douarec, un historique du secteur, croit que ce mouvement profitera à terme à toutes les formes d’autopartage (voir sa contribution sur Newsring).

C’est possible. Mais les raisons qui pousseront les citoyens vers ce transport plus responsable auront sûrement moins à voir avec l’écologie qu’avec le porte-monnaie. Selon une récente étude du Commissariat général au développement durable, les émissions de CO2 sont le dernier critère de choix d’un véhicule pour les Français, loin derrière le prix (important pour 89% des foyers) et la consommation de carburant (76%). Si l’autopartage prend, on dira quoi ? Merci la crise ?

Vous utilisez ou refusez d’utiliser Autolib’ ? Dites-nous pourquoi, comment et où, nous publierons vos témoignages !

3 Messages de forum

  • Autolib’ peine à passer la seconde 17 mai 2012 00:23, par jml

    Tarif bcp bcp trop cher ! c’est plus cher que de prendre une voiture de location essence classique. 10 € par jour (abonnement) puis 7 euros les 30 minutes, ce qui fait en fait 17 € les 30 minutes ! Et ou va t-on en 30mm en voiture à Paris ? pas très loin ! Donc on passe à 1 heure ce qui fait 24 € pour 1 heure etc.. A 24 € on est presque dans les prix de location d’une voiture pour 1 journée, chez un loueur classique. (17 € c’est aussi une bonne course en Taxi)

    En ce qui concerne les autres forfaits il n’ont pratiquement aucun intérêt à part éventuellement le forfait annuel qui dans l’absolu est le moins cher (si on n’est pas trop fauché) car investir 144 € comme cela sans savoir si. De plus personne ne parle des cautions qui en cas d’accident ne peuvent être rachetée et là cela peut faire très mal aussi au portefeuille.

    En résumé :

    Il faut supprimer l’abonnement ou vraiment le diminuer au maximum, diminuer par 2 les prix à la demie heure, pour faire en sorte qu’un plus grand nombre puisse aussi en profiter. Il faut aussi supprimer les cautions ou les limitées aussi au maximum !

    Répondre à ce message

  • à Nice, le Taxi est bien plus cher 9 juillet 2012 14:58

    Pour resituer la valeur de 17 €... A Nice cela correspond à une course de 5 minutes, soit environ 1 km, prise en charge en station, sans bagages. L’aeroport est à 20 mn en vélo du coeur de Ville, cette même course en Taxi coute 24 €, jusqu’à 32€ si bagages et prise en charge au pas de porte.

    Répondre à ce message

  • Autolib’ peine à passer la seconde 19 octobre 2012 01:42, par Clarisse

    Je trouve ce service intéressant mais les prix exorbitants !! 5 € la demie heure + l’abonnement mensuel, ça commence à chiffrer.. et comme le disait à juste titre une des lectrices, à Paris les trajets sont très souvent bien supérieurs à 30 minutes. Je pense donc qu’un coût de 3 € / par demie heure et un abonnement de maxi 10 € par mois aurait bien plus de succès. En tous cas moi à ce prix là, je signe tout de suite :)) A bon entendeur .. ;)

    Répondre à ce message

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales