Avec Green Watchers, gardons la ligne verte

par Eric Lecluyse | 24-04-2012
Mots-clés : Green Watchers
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Ce site animé par Pierre Japhet accompagne les consom’acteurs motivés mais trop souvent démunis. Rencontre.

Comme d’autres, le site Greenwatchers.org repère de précieuses actus dans le domaine de la consommation responsable. Mais son équipe (associative) va plus loin en organisant des Green Parties, sortes de réunions Tupperware pour conseiller les personnes qui souhaitent agir de manière plus vertueuse, ou en soutenant des projets engagés. Découverte, avec Pierre Japhet, président de l’association du même nom et principal artisan du site, de retour à Paris après une parenthèse gardoise.

JPEG - 55.4 ko
Pierre Japhet de Green Watchers
© Eric Lecluyse/BienBeau.fr

Quel est votre objectif ?
L’association Green Watchers compte une vingtaine d’adhérents mais ses activités sont ouvertes à tous. Il s’agit pour nous, comme l’indique notre site, de favoriser une consommation et une épargne éclairées, responsables et solidaires. Nous avons fait le pari d’être généralistes : nous proposons de l’accompagnement de proximité avec un réseau d’animateurs, du parrainage de ruches, du soutien au microcrédit...

Comment est née cette initiative ?
Je m’étais mis en congé de la Société générale pour développer mon activité de conseil et formation en développement durable auprès de PME du Gard. J’ai pu sentir la prise de conscience des chefs d’entreprise (certes plus mercantile chez certains d’entre eux...). Mais dans le monde du travail comme en dehors, les gens trouvent difficilement des solutions durables adaptées. On a donc lancé l’association avec quelques personnes de mon entourage.

Aujourd’hui, vous êtes de retour à Paris et vous avez réintégré la Société générale. Que comptez-vous développer avec Green Watchers ?
Nous allons créer un club Cigales de finance solidaire et programmer une nouvelle Green Party sur ce thème. Cette problématique fonctionne bien : nous avons déjà réussi à récolter 2500 € pour financer du microcrédit avec Babyloan, une opération dont je suis très fier. Nous comptons aussi lancer une domothèque (partage d’outils et d’électroménager), qui servirait également de noyau au lancement d’un SEL (système d’échange local).

Quels sont les lieux engagés que vous appréciez à Paris ?
J’ai un coup de cœur pour le Comptoir général, ce lieu alternatif me fait penser à des endroits de l’East Village à New York, où j’ai vécu sept ans. J’apprécie aussi la Maison POS, qui mise sur l’approvisionnement local, en présentant les produits très simplement dans des cageots comme dans les commerces d’antan.

Qu’est-ce qui vous énerve à Paris ?
En général, à Paris comme ailleurs, je dirais la mauvaise foi. Tous ces gens qui projettent sur vous leur propre culpabilité, genre : « De toute façon, je ne suis pas responsable, c’est à eux, industriels, politiques, de trouver la solution... ».

L’austérité aussi m’énerve. Beaucoup de boutiques bio sont incroyablement ennuyeuses. Cela me fait penser à un passage du livre No Impact Man, où l’auteur Colin Beavan découvre la médicalisation de l’écologie, son côté souffreteux. Pourtant, les gens qui optent pour de meilleurs produits devraient respirer la bonne humeur !

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales