Boco, le beau coup de la rentrée

par Eric Lecluyse | 24-10-2011
Mots-clés : Boco
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Ouvert il y a quelques mois dans le centre de Paris, le « fast-food à la française » des frères Ferniot, où l’on sert de bons petits plats de grands chefs dans des bocaux, est une tuerie 100% bio… malgré quelques petites fausses notes.

Boco en quelques mots
Boco, restaurant 100% bio, idéalement situé entre l’opéra Garnier et le jardin des Tuileries, est l’œuvre du journaliste culinaire Vincent Ferniot (joyeux drille à la fine moustache vu à la télé) et son frère Simon.

JPEG - 57.1 ko
Les frères Ferniot (à gauche Simon, à droite Vincent) et leurs "Boco".
© DR

Boco dans l’assiette
L’idée 3-étoiles, c’est de proposer dans des bocaux en verre de bons petits plats bio signés de grand(e)s de la gastronomie française (d’où le nom…). A la carte, entre autres gourmandises : tandoori de bar aux épices douces et son risotto de riz noir (d’Anne-Sophie Pic, 9,50 €), linguines noires et « sauce blanche » (de Gilles Goujon, 6,20 €), cheesecake onctueux mangue-passion (de Christophe Michalak, 3,70 €)...

JPEG - 111.7 ko
La salle du restaurant Boco.
© DR

Ce qu’on aime chez Boco :

JPEG - 33.7 ko
Bocal gourmand chez Boco (linguines noires et sauce blanche de Gilles Goujon, 6,20 €).
© DR
  • On a testé, et des gourmets qu’on connaît aussi ; tout le monde s’accorde sur un point : c’est délicieux !
  • Et c’est du joli aussi : présentation des plats, agencement de la salle, graphisme de l’enseigne… tout est à l’avenant.
  • On peut manger sur place, emporter son repas, mais aussi se faire livrer dans le voisinage en triporteur (1er arrondissement et quartiers limitrophes).
  • Chez Boco, on pense aux détails : bocaux consignés, sélection de vins bio, travail avec des fournisseurs locaux, variations de saison, vaisselle « durable ou recyclable »…
  • En faisant attention, on peut s’en sortir pour une dizaine d’euros le midi (entrée + plat ou plat + dessert).
  • Voilà une adresse qui montre que manger bio est d’abord un plaisir, pas une ascèse…

Ce qu’on aime moins :

  • Le client reçoit un beeper qui se manifestera au moment d’aller chercher son plat réchauffé au comptoir. On peut trouver ça ludique, ou casse-bonbons…
  • Amateurs d’eau du robinet, il faudra vous battre pour obtenir un verre (et pas de carafe à table).
  • Le pain est payant.
  • Les portions étant menues, on a tendance à se servir largement ; pour les gourmands, la note grimpe donc rapidement à 15 €, voire au-delà.
  • Rançon du succès : c’est souvent difficile de trouver une place le midi. Un deuxième Boco devrait d’ailleurs ouvrir à Paris début 2012…

Boco
3, rue Danielle Casanova 75001 Paris.
Horaires : 9h-20h30 sauf le dimanche.
Téléphone : 01 42 61 17 67.
www.bocobio.com

Et vous, avez-vous testé ? Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires...

2 Messages de forum

  • Boco(u) trop cher... 24 octobre 2011 18:00, par Ekobulle

    Vous êtes gentil en mentionnant 10euro. Il ne faut vraiment pas avoir faim quand en guise de plat principal, on à un petit bocal qui se termine en quelques bouchées. Le tout avec au final, très peu de choix- même si, s’en conviens,c’est plutôt bon... sans être extraordinaire non plus, les plats ne sont pas très recherchés. Vraiment surfait

    Répondre à ce message

    • Boco(u) trop cher... 24 octobre 2011 21:13, par Eric de BienBeau.fr

      Comme je le dis plus loin dans l’article, la note peut effectivement monter très vite. En revanche, je trouve les plats bien plus recherchés que dans la plupart des cantines bio de Paris.

      Cordialement,
      Eric Lecluyse, de BienBeau

      Répondre à ce message

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales