C’est la première vide-dressing week

Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Le temps est venu d’alléger les penderies. Le Relais en profite pour s’associer cette semaine à une collecte de vêtements usagés dans des boutiques de mode indépendantes.

Une robe verte trop petite, un jean trop court, trois pulls démodés… Ouvrir ses placards pour faire le grand ménage de printemps est un rituel que tout Parisien authentique se doit d’apprendre. Cette année, la Fédération nationale de l’habillement (FNH) propose de joindre l’utile au solidaire en faisant don des nippes en surnombre au Relais, la branche d’Emmaüs spécialisée dans la valorisation des textiles.

JPEG - 95.7 ko
Vide Dressing Week
© DR

Baptisée vide-dressing week, cette collecte s’organise avec quelque 1500 boutiques de mode indépendantes en France jusqu’au 31 mars. Elles sont toutes repérables en ligne. Nous en avons compté 17 à Paris, dont Paperdolls (nous vous en parlions récemment) et Le Dressing (14e), axé marques de créateurs, ainsi qu’une quinzaine en proche banlieue. Ca fait peu, autant leur faire honneur, même si la plupart ne sont pas des magasins engagés par ailleurs. Ce n’est donc pas là qu’on trouvera le vêtement éthique de ses rêves. Mais les enseignes peuvent ainsi se prévaloir d’un geste responsable (et tenter de séduire de nouveaux clients, c’est de bonne guerre) et rappeler qu’elles versent déjà une éco-participation pour contribuer à valoriser les textiles qu’elles vendent.

A peine 18% des textiles et chaussures sont recyclés

De ce point de vue, chalands et marchands ont encore du pain sur la planche. « Chaque année, 2.3 milliards de pièces textiles sont mises sur le marché, ce qui représente un volume de 700 000 tonnes, soit environ 11 kilos par habitant. Parmi celles-ci, seules 125 000 tonnes de textiles, linge et chaussures sont récupérées », pointe la FNH, citant une étude de l’éco-organisme spécialisé Ecotlc.

A la fin de la vide-dressing week, les vêtements collectés partiront au Relais, qui organisera leur seconde vie. En fonction de leur qualité, ils seront revendus dans les boutiques de friperie Ding Fring, ré-utilisés ou recyclés. Le but est triple : réduire les déchets, créer de l’emploi dans la filière textile et favoriser la réinsertion de personnes en difficultés.

Comment faire ?
-  Je mets de côté les vêtements propres, ni déchirés, ni tachés, ni trop usés, dont je veux me débarrasser.
-  Je les amène dans la boutique la plus proche jusqu’au samedi 31 mars inclus.

Et s’il n’y a aucune boutique près de chez moi ? Je les dépose dans un conteneur du Relais. Si j’ai de jolies pièces, autant qu’elles poursuivent leur vie ailleurs. Donc je participe à un vide-dressing associatif, comme ceux de Violette Sauvage, je revends en ligne sur un site communautaire de type videdressing.com ou je les échange (trocdefilles.fr). Plus drôle encore, j’organise ça moi-même dans mon salon !

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales