C’est quoi ce point G ?

par Christine Taconnet | 14-11-2011
Mots-clés : Green Points
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Depuis quelques semaines, on voit fleurir de petits stickers « Green Points » sur les vitrines écolos de Paris...

La nouvelle cantine bio du 11e Mamie Green a le sien, la boutique Mademoiselle Bambû aux Abbesses s’y intéresse aussi.

Titillés, nous avons voulu savoir ce qui se cache derrière ces G blancs dans un rond vert. Réponse : c’est le signe de reconnaissance d’un nouveau programme de fidélisation baptisé « Green Points ». Le principe est connu : chaque achat de produits ou services chez les partenaires permet de cumuler des points, qui peuvent s’échanger contre des cadeaux ou bons de réduction.

Sauf que l’entreprise My CO2, qui planche sur le concept depuis le début d’année, assure sélectionner des commerçants « au moins à 80% bio ou éthique », selon David Amado, son chargé de mission. Autre originalité : le programme récompense également les écogestes (tri des déchets, covoiturage, économies d’énergie, etc.) pour « créer un cercle vertueux d’éco-consommation et de comportement responsable », dixit leur site. Les Green Points sont calculés en fonction de la performance environnementale des produits et services, évaluée grâce à un outil de calcul d’impact développé par My CO2.

Inutile toutefois de vous précipiter pour dépenser éthique avant Noël, car le service est encore balbutiant. Green Points sera officiellement lancé le 13 décembre, quand l’application iPhone permettra aux utilisateurs de flasher le « QR code » de la vitrine avec leur téléphone portable pour voir leur compte automatiquement crédité. D’ici là, il faut s’en remettre… à l’envoi de bons vieux tickets de caisse !

My CO2 compterait déjà 54 commerçants parisiens dans son réseau (pour eux, l’offre, gratuite au début, deviendra payante s’ils décident d’adhérer définitivement) et évoque des « pourparlers avancés » avec plusieurs partenaires nationaux.

Une première expérimentation, menée dans un éco-quartier en construction à Nanterre, leur a permis de valider l’intérêt du public et des entreprises (en l’occurence, le promoteur Nexity) pour cette démarche. « Nous espérons 4500 utilisateurs après trois mois », précise David Amado, qui envisage de « référencer tous les commerces écolos et éthiques de Paris ». Comptez sur nous pour faire le tri !

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales