Du pop dans la récup’

par Christine Taconnet | 18-11-2011
Mots-clés : Stoul
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Elle se dit « peintresse », graffeuse et customisatrice. Stoul (anagramme de Lotus) est adepte des performances en direct et dessine des filles stylisées version Street Art sur … tout. Murs, toiles, chutes de tissus et meubles abandonnés servent de supports à ses créations gaies, girly et glamour. Rencontre.

Racontez-nous vos débuts…
J’ai fait l’Ecole Boulle, dans la branche métiers d’art. Je travaillais des objets en métal de décoration, proches du mobilier. Mais je voulais être peintre depuis toute petite. C’est donc de manière très naturelle que je suis passée à la peinture sur des objets. Je ramasse des meubles dans la rue, par exemple le dimanche soir, jour des encombrants à Montrouge où j’habite, je fais les brocantes de banlieue proche (j’évite les parisiennes qui sont bien trop chères), je vais chez Emmaüs, et quand je pars en Province, vers Carcassonne où je trouve de super prix, je fouille aussi.

JPEG - 160 ko
Live Painting by Stoul
© DR

Vous participez depuis plusieurs années à des Marathons de l’Art. En quoi consistent-ils ?
Je participe au la Braderie de l’Art de Roubaix depuis 2004. L’évènement, un véritable marathon, se déroule dans un hangar pendant 24 heures. Les artistes invités choisissent parmi les objets disponibles ceux qui les inspirent, des meubles, des boîtes, et ils créent sur place. Ça marche très bien et ça permet d’être au contact des autres. Les visiteurs aiment avoir une pièce unique, qu’ils ont vu naître. C’est venu par hasard. La Braderie de l’Art m’avait repérée dans une galerie. Je peignais alors sur des tissus d’ameublement vintage. Lorsque je vivais dans le squat d’artistes 59Rivoli, je réalisais en revanche beaucoup de tableaux puis j’ai créé des tee-shirts, qui se vendaient très bien auprès des touristes. Nous avions parfois plus de 100 visiteurs par jour !

Pourquoi avoir choisi la récupération ?
Je suis peintre sur tous supports. J’aime redonner une seconde vie à des objets qui seraient partis à la poubelle. C’est plus écologique et ça me permet de rester abordable (NDRL : pour un meuble, compter entre 70 et 500 euros). C’est ma façon de démocratiser l’art. Et puis je suis très attirée par les objets anciens, qui ont vécu. Chez ma mère, il y a toujours eu des meubles de récupération. Chez moi, je fais comme elle, je bricole …

Une forme de nostalgie ?
Oui, peut-être parce que j’ai grandi auprès de ma grand-mère.

L’art était-il présent dans votre famille ?
Ma mère aurait aimé être peintre. Quand j’étais enfant, elle m’amenait voir les grands musées, les galeries de Saint-Germain. Mes arrière-grands-parents bordelais avaient ouvert plusieurs studios de photographie. Mais malheureusement, nous n’avons pas hérité de leur matériel…

Pourquoi ne peindre que des personnages féminins ?
J’ai été élevée dans un univers de femmes. J’ai commencé par créer des portraits de chats qui se déguisaient en humains mais, au fil du temps, ils se sont transformés en femmes-chats, avec de longs cils comme des moustaches, des oreilles triangulaires, des pattes…Mes créatures sont parfois accompagnées d’animaux. Je suis également attirée par la culture nippone, la mode et la haute couture.

Avez-vous déjà collaboré avec des marques ?
Oui. Pour Manoush, en 2008, j’ai créé une toile qu’ils ont photographiée et reproduite sur un tee-shirt. Je collabore aussi avec des jeunes créateurs de bijoux : Sophie Michel, Les Bijoux Acidulés… Récemment, un atelier qui dessine des motifs pour de grandes maisons comme Cacharel m’a contactée pour me parler d’un projet. Je suis ressortie du bureau avec leur accord pour récupérer de superbes chutes de tissus !

Où peut-on vous rencontrer prochainement ?
Je serai ce week-end aux 24H de l’Art de Courdimanche, dans le Val d’Oise. Je participerai également, le 16 décembre, au marché des créateurs du Forum de Vauréal (Val d’Oise).

Où trouver ses œuvres ? Dans la boutique Les Mégères, 16 rue de Cotte, dans le 12e arrondissement. En ligne, sur le site de l’artiste (achat possible).

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales