Earth Hour : la fermer ou pas ?

par Eric Lecluyse | 25-03-2011
Mots-clés : Earth Hour | Nadège Winter | Nanashi | WWF
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Samedi 26 mars, de 20h30 à 21h30, le WWF vous invite à éteindre la lumière pour « y voir plus clair » sur le réchauffement climatique. Il y a ceux qui en profiteront pour écouter un concert dans le noir au resto Nanashi. Et ceux qui boudent.

JPEG - 35.8 ko
L’Earth Hour à Paris en 2010.
© Copyright 2011 WWF France

Pour la cinquième fois, ce samedi 26 mars de 20h30 à 21h30, le WWF organise son Earth Hour partout dans le monde : 60 minutes sans lumière « pour y voir plus clair » dans la lutte contre le changement climatique. Comme les années précédentes, il y a bien sûr des stars pour soutenir la cause (cette fois, la top-modèle australienne Mirandar Kerr, égérie de Victoria’s Secret, le footballeur italien Francesco Totti, le crooner gallois Tom Jones…).

Dans le monde entier, des monuments vont être éteints pour l’occasion. A Paris, la tour Eiffel, l’Arc de Triomphe, la Cathédrale Notre-Dame, la Fontaine Saint-Michel, l’église du Sacré-Coeur et tous les ponts emblématiques de la ville vont ainsi connaître une heure sombre. Le WWF France mobilise aussi ses bénévoles : 1600 pandas en papier mâché, représentant le nombre de ces mammifères (mascotte de l’ONG) encore présents sur notre planète, seront disposés place du Trocadéro en forme d’un gigantesque "60", logo de l’opération.

Pour célébrer cette Earth Hour, vous pouvez aussi la jouer feutrée au restaurant bio Nanashi, rue de Paradis dans le 10e (une adresse recommandée par BienBeau.fr). Pendant l’heure fatidique, trois groupes (AVA, The Conflict, Orouni) joueront dans le noir (à la bougie) en live acoustique, tandis que sera proposé un repas froid locavore (réservation conseillée, voir ici). Une idée originale élaborée par Greenkiss, dont fait partie la green et glam Nadège Winter. « Bien évidemment la face du monde ne changera pas en une heure, mais ce phénomène mondial ponctuel solidaire est un message très puissant », explique-t-elle sur le blog de GreenRepublic.fr. Le plus important, pour elle, c’est d’en profiter pour passer un moment « fun, romantique et écologique ».

Il est vrai que l’économie collective d’électricité réalisée avec cette opération est négligeable : le geste est avant tout symbolique. Preuve que l’Earth Hour prend de l’ampleur, elle en vient cette année à irriter plusieurs obscurs « mouvements libéraux » qui ont tenu à organiser leurs « Six minutes pour la planète ». Ils appellent « à éclairer symboliquement avec des lampes torches les bâtiments frappés par l’obscurité ». Opposés à « cet acte de contrition de masse » et plus généralement à un prétendu « fondamentalisme écologiste », ils assurent que « l’humanité n’est pas coupable de son développement ». Même pas un peu ?

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales