Gloire aux consom’acteurs !

par Eric Lecluyse | 06-04-2012
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Ils aiment le bio, mais encore plus le local, et adoptent des modes de vie déconnectés de la pure consommation... Voici quelques chiffres et un témoignage sur les consommateurs responsables d’aujourd’hui.

Qui sont les consom’acteurs mis à l’honneur lors de cette 10e Semaine du développement durable (qui se termine samedi 7 avril) ? Voici quelques chiffres et un témoignage éclairants.

© Muammerokumus/Fotopedia

Le local d’abord
Selon « Les Chiffres 2012 de la consommation responsable » publiés cette semaine par le site Mescoursespourlaplnete.com, la consommation responsable française résiste à la crise économique : chiffre d’affaires des produits alimentaires bio en hausse de 10 % en 2011 (pour atteindre 4 milliards d’euros), croissance annuelle moyenne de 25 % pour les cosmétiques naturels et biologiques depuis 2005, augmentation du nombre de consommateurs de produits équitables, nouvelles pratiques (entre 2010 et 2011, le nombre de covoiturages effectués sur le site Covoiturage.fr, leader du marché, a doublé, passant de 1,5 million à 3 millions).

La part des personnes qui consomment des produits issus de l’agriculture biologique chute toutefois, de 46% en 2009 à 40% en 2011. Et 57% des Français disent préférer les produits locaux aux produits bio (contre 32% en Espagne et 52% en Angleterre).

« Le plaisir de la simplicité »
L’origine et le lieu de fabrication sont des informations davantage attendues aujourd’hui, note également Ethicity dans son étude annuelle « Les Français et la consommation responsable », publiée cette semaine. 85% déclarent privilégier les entreprises qui ont préservé une implantation locale (34% des sondés sont « tout à fait d’accord »), et 40% les produits à « kilomètre zéro » (production « hyperlocale »).

Ce cabinet de conseil en développement durable et marketing responsable observe en outre un certain « plaisir de la simplicité » , avec des modes de vie qui se déconnectent de la consommation.

Klara : « Il faut tout le temps arbitrer »
Au quotidien, ils sont ainsi des millions en France à faire le tri pour acheter plus vertueux. Comme Klara, une trentenaire consultante en médias sociaux. « Ne me suivez pas, je suis perdue », indique son compte Twitter @Klaragora. En « consom’actrice » avertie, elle se heurte quotidiennement aux contradictions du marché « green ». Voici son témoignage.

« Je n’essaye pas de trouver ce qu’il y a de moins cher, je veux le meilleur prix, nuance. Je pense à moi, mais aussi au producteur et à l’environnement. Il faut tout le temps arbitrer. Au supermarché, j’ai récemment acheté de l’emmental classique parce que la version bio était suremballée. Pour imprimer, je m’oriente vers le papier issu de forêts gérées durablement à la place du papier recyclé, dont la production nécessite des quantités démentielles d’eau.

Pas question d’acheter uniquement du local – j’aime aussi manger des bananes, des oranges... - ou d’arrêter de voyager, mais de minimiser chaque jour mon empreinte. J’achète beaucoup en vrac, je vais installer dans mon appartement parisien un lombricomposteur pour que des vers « digérent » mes déchets organiques (j’en ai assez de jeter les épluchures à la poubelle), je remets le journal gratuit dans la banette après l’avoir lu, je me tourne de plus en plus vers le covoiturage... Cela peut paraître complètement schizophrène de faire attention à ses moindres gestes, mais c’est la meilleure solution pour se faire entendre. » On ne dira certainement pas le contraire...

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales