Le Réseau Cocagne s’enracine autour de Paris

Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Des travailleurs en réinsertion s’activent déjà dans 5 Jardins de Cocagne en Ile-de-France, fournissant les habitants en légumes bio et locaux. Un sixième pourrait éclore sur le plateau de Saclay, et le réseau se renforce aussi dans la restauration. On fait le point.

Le Réseau Cocagne vient de fêter ses 20 ans et il va bien, merci pour lui. Forts de quelque 4000 salariés en réinsertion, 700 cadres et 1500 bénévoles, 120 Jardins de Cocagne fournissent près de 20 000 adhérents en fruits et légumes bio, locaux et de saison.

JPEG - 70.7 ko
Le Jardin de Cocagne de Thaon-les-Vosges (88)
© Christophe Goussard / DR

Cette initiative solidaire remarquable est portée depuis ses débuts en 1991 à Chalezeule, dans le Doubs, par Jean-Guy Henckel (récemment récompensé par un Trophée du Business Vert de L’Expansion*).

L’Ile-de-France compte cinq jardins de ce genre, dans les Yvelines, l’Essonne, la Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise. Les paniers (dont les prix varient d’un Jardin à l’autre, comptez 9 € ou 15 € à Sevran) sont distribués chaque semaine aux gens du quartier (ou dans des dépôts proches). Une différence avec les Amap toutefois : la production n’est pas vendue à Paris, le réseau misant sur un ancrage local.

Un reportage dans le magazine Terra Eco de ce mois de janvier présente ainsi le jardin de Sevran – 1,5 hectare blotti entre les zones sensibles des Beaudottes et du Pont-Blanc – où « faire pousser des légumes permet aux gens de rerendre racine et de se reconstruire », pour reprendre l’expression de Jean-Guy Henckel.

Un sixième projet d’importance serait sur le point d’aboutir début 2012 sur le plateau de Saclay, à Vauhallan exactement, où des sœurs bénédictines pourraient vendre au Réseau un vaste terrain. « Si ça se réalise, on pourra y installer une exploitation maraîchère bio, puis un restaurant bio. Ce sera un changement d’échelle dans nos métiers », nous prévenait récemment Jean-Guy Henckel. Comptez sur nous pour vous en dire plus si ce chantier ce concrétise...

Car le Réseau Cocagne mise aussi sur la restauration. Lancée en 2007, le pôle Planète Sésame compte deux sites en Ile-de-France, à Nanterre (activité de traiteur et un camion pour la restauration rapide installé à La Défense pour environ 100 clients chaque jour) et à Saint-Ouen (restauration sur place, dans un centre commercial, et activité de traiteur).

Un troisième site pourrait éclore prochainement, à Magny-les-Hameaux dans les Yvelines, à la Ferme de Buloyer, une ancienne seigneurie du XVIIe transformée en exploitation agricole au XIXe où un Jardin de Cocagne est déjà implanté. Pour le moment, Paris n’est pas au programme, mais il est permis d’espérer qu’un jour cette remarquable entreprise humaine prendra pied dans la capitale...

*organisés par l’agence Ô Bob, qui édite BienBeau.fr.

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales