Cocobohème

22, rue de Jessaint 75018 Paris
www.cocoboheme.com

Horaires : du mardi au samedi de 14h à 19h

Contact e-mail : admin@cocoboheme.com

Tél. : 01 42 62 40 60

Les + :

Fabriqué en France ou en Europe

Matières écolos majoritaires

Déco astucieuse

Poétique tandem chez Cocobohème

par Christine Taconnet | 25-05-2012
Mots-clés : Cocobohème
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook

Cocobohème, c’est un couple créateur et éditeur d’articles design, décalés, made in France et écolos. Leur boutique-showroom a ouvert il y a quelques mois aux abords de Barbès.

Cocobohème, c’est l’histoire d’un couple de Parisiens amoureux de leur coin du 18e qui voulaient travailler ensemble et créer de jolies choses. Leur boutique, c’est donc un peu l’extension de leur maison. D’ailleurs, la façade n’a pas de nom. Et pour la trouver, il faut sortir des sentiers battus, s’enfoncer depuis La Villette dans la rue Jessaint, cette inconnue, jusqu’aux limites de la Goutte d’Or. C’est là, au coin, cette large vitrine de fer forgé en plein soleil, au milieu des immeubles d’habitation.

Métissages
Décalée ? C’est fait exprès. « J’aime les croisements, résume Catherine Fouchard, la cofondatrice et directrice artistique de Cocobohème. Cette boutique est une concentration de notre univers. Nous aimons la diversité de ce quartier, où nous habitons. Et en même temps, nous savons que nous sommes en rupture avec l’idée que l’on s’en fait. » Une création récente illustre au mieux ce métissage : la suspension « Barbès », une demi-calebasse retournée, dont l’intérieur est tapissé de motifs fleuris du 19e siècle.

Catherine Fouchard, graphiste à l’origine, et Christian Mégevand, scénographe et décorateur, couple à la ville, ont créé ensemble la marque Cocobohème il y a six ans. Leur signature ? De la décoration et des accessoires pour enfants et adultes, « made in France, inventifs, dans des matériaux durables », résume Catherine.

Un monde de fantaisie, où se mêlent fleurs à l’ancienne et animaux stylisés, design et clins d’œil aux traditions, couleurs claquantes et pastels doux.

Stickers écolos
Cocobohème s’est lancé en 2006 grâce à ses stickers ardoise découpés en ombres chinoises animales et végétales. Succès immédiat. La marque naissante est repérée, Conran Shop passe commande. C’est ainsi que des enseignes prestigieuses, comme Bonton ou le Bon Marché en France, et bien d’autres à l’étranger, vont référencer Cocobohème.

Mais le couple doit vite se renouveler. Les autocollants sont copiés, fabriqués en Asie et vendus un peu partout. Comment se distinguer ? Cocobohème propose des versions écologiques, en matière végétale (de la fécule de pomme de terre). La même matière biodégradable à 70% se retrouve aujourd’hui dans des bavoirs imperméables (à croquer !), des abat-jour, des « cornets à bidouille » également nommés vide-poches, des pochettes imperméables en forme de bateau...

Dentelles imprimées
La boutique regorge d’autres trouvailles, pas toutes écolos (« Nous ne sommes pas intégristes », lance Catherine). Mais du côté des objets responsables, il y a de charmants carnets et des maisons pour jouer, en papier recyclé. De drôles de sets de table « papier boucherie », imprimés sur du papier issu de forêts gérées durablement. Du petit mobilier « Sans dessus dessous », en carton recyclé nid d’abeille.

Le bois (de bouleau ou de hêtre, issu de forêts écogérées) a une large place. On le trouve dans les figures pour œilleton de portes (comme la chouette, qui « se vend dans le monde entier »), le plateau à fromage, la planche à découper en forme de cochon, le plat à tarte et sa pelle, avec impression napperon (aux normes jouets)... « Pour cet objet, nous avons voulu travailler l’héritage français du dimanche chez mamie, très ancré dans l’inconscient collectif. Et ça marche ! » précise Catherine. Et tout cela sort d’ateliers du Jura.

Car la fabrication française (ou européenne) est le trait d’union des créations de Cocobohème. « Nous avons fait ce choix pour être sûrs des conditions de production. » Pas toujours facile. « Cela nous oblige à faire des coupes franches dans les gammes de produits et nos marges sont limitées. En couture, nous faisons appel à des ateliers d’insertion. Mais notre capital créatif équilibre les difficultés à fabriquer en France. »

Vive le mariage bio !
Voilà pour le volet « grand public ». Mais le couple a d’autres ambitions. « Nous avons acquis une certaine notoriété dans la décoration, nous voulons aussi nous évader un peu, faire plus de recherche. Nous développons par exemple une gamme d’objets sur mesure, en très petites séries, que nous avons baptisée “Les Confidentielles” ». Ces créations s’adressent aux particuliers mais, plus encore, aux hôtels, boutiques... A voir à Barbès : la « Loupiotte Sardine », un étonnant poisson-suspension en perles de cristal avec leds entortillées à la main…

Ce n’est pas tout. Pour donner libre cours à leur imagination en faisant des heureux, Cocobohème propose depuis peu… un accompagnement pour les mariages (ou pacs) bio. Une vraie mise en scène ! A la décoration, de la table aux lumières, Christian Mègevand. Pour les faire-part, menus et remerciements, les dessins poétiques de Catherine Fouchard (sur matière écolo).

Et en option, l’intervention d’autres talents : Isabelle Teste, ancienne modiste et styliste à l’Opéra de Paris, pour ses chapeaux ; Carole Dichampt, aromathérapeute, pour la signature olfactive de la soirée avec bougies parfumées personnalisées ; Julie Dissais, « interprète culinaire », et ses recettes rien que pour les mariés ; deux coiffeuses, Isabelle Rodde et Magali Berthet, pour arranger les cheveux, shampoing et soins bio à l’appui ; et enfin une masseuse, Nathalie Vaillant, et son « rééquilibrage énergétique » des futurs. Tentant, non ?

(Photos : Christine Taconnet. Illustration : Nicolas Hubesch.)

C'est une bien belle adresse parce que...

Le quartier est dépaysant, loin des autoroutes du shopping branché. Catherine et Christian veulent des échanges entre la clientèle de leur boutique et les habitants. Ils réfléchissent à de futures animations.

L’univers est gai et poétique. Détournements, illusions d’optique et rappel de la douceur d’antan, dans des articles du quotidien. Jetez aussi un coup d’œil au procédé de théâtre optique que Christian a développé. Quelques musées ont déjà adopté ces scénographies pleines de charme.

Catherine défend le made in France. Même quand c’est compliqué, même quand ça coûte plus cher.

+ de photos

  • Cocobohème
  • Cocobohème
  • Cocobohème
  • Cocobohème

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales