Série « fastgood » : entre Cojean de bonne compagnie...

13-05-2011
Mots-clés : Cojean | fastgood
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Cojean, Qualité & Co, Exki, Elgi, Jour, La Ferme… Parmi ces enseignes spécialisées dans le déjeuner rapide mais sain, qui a une vraie conscience écolo-bio ? Nous y avons regardé de plus près. Deuxième enseigne testée : Cojean, ou le « bien manger » version chic.

Le fructueux marché du « déjeuner sur le pouce » n’a pas échappé aux concepteurs des chaînes de restauration rapide de qualité, les bien nommés « fastgood », en écho à nos bons (?) vieux « fastfood ». BienBeau a rendu visite à ces chaînes, toutes spécialisées dans le déjeuner « sain », mais qui n’ont pourtant pas les mêmes vertus, qu’il s’agisse d’aliments bio, d’attention portée aux régimes particuliers (végétarien, sans gluten, etc.) ou d’engagement écolo et social. Voici le deuxième volet de notre série, consacré à Cojean.

A lire aussi : les autres épisodes sur Elgi, Jour, Exki et Qualité & Co.

JPEG - 41.1 ko
Cojean
Image extraite du site Internet de l’enseigne.
© DR

COJEAN
Le chic parisien

L’histoire de Cojean
Alain Cojean, Breton d’origine, est « monté à Paris » pour finir ses études. Embauché comme petite main dans une chaîne de fastfood, ce bosseur-né y apprend le métier pendant 15 ans en gravissant tous les échelons. Lui vient l’idée d’une chaîne pour faire une pause saine et équilibrée dans un cadre privilégié. Fin 2001, c’est dans le quartier de la Madeleine que le bleu glacier de Cojean s’étale pour la première fois. 10 ans après, l’enseigne compte 19 restaurants à Paris et ses environs proches et des tas d’équipiers souriants et aux petits soins (que la marque ne manque jamais mettre en avant sur son site et ses supports de pub, tels des mannequins stars).

Dans l’assiette
Une dizaine de salades, des sandwichs chauds et froids, 4 soupes au choix, 2 plats chauds chaque jour et des quiches maison.

Cojean et le bio
Pas de bio à tout prix mais « là où ça fait du sens ». Cojean privilégie une agriculture bio ou raisonnée. Tous les jus pressés sont bio depuis 2009, les céréales et légumineuses depuis 2010, et le café et le sucre roux depuis 2011. En outre, aucun aliment n’est pasteurisé, la friture est bannie et « la fraîcheur et la traçabilité sont les priorités de l’enseigne », explique l’enseigne.

Cojean et les régimes particuliers
Les soupes sont sans lactose (remplacé par de la crème de soja), on trouve des yaourts au lait de brebis, de nombreuses salades végétariennes et des petits gâteaux sans gluten (honeybuns).

Les principaux ingrédients des salades sont affichés ainsi que ceux qui pourraient poser problème, mais on n’a pas la composition détaillée. Il est possible de poser des questions, les équipiers sont armés d’un petit cahier mentionnant tous les allergènes possibles. Par mesure de prudence, ils répondent toujours que tout est préparé dans la même cuisine donc peut contenir des traces d’allergènes.

Cojean et l’environnement
Les derniers restaurants ouverts (Miromesnil et Kleber) respectent un cahier des charges plus exigeant en matière d’éco-conception. Il en sera de même pour le prochain qui ouvrira à Suresnes en juin 2011. Le tri sélectif suit la même évolution. Des efforts sont également en cours sur la réduction des emballages qui contiennent déjà jusqu’à 80% de plastique recyclé. Un gros travail a été réalisé sur les fournitures puisque l’enseigne utilise désormais des lessives écologiques, des T-shirt en coton bio pour les équipiers et imprime tout sur du papier recyclé.

Cojean et les autres
Tous les soirs, Cojean redistribue en quelques heures les invendus à des associations qui servent des repas gratuits à des personnes dans le besoin (sont concernés 13 des 19 restaurants du groupe). De plus, l’enseigne a créé cette année la Fondation « Nourrir aimer donner » (le slogan de la société) sous l’égide de la Fondation de France. Le but est d’améliorer l’accès à l’eau et à la nourriture des plus démunis en reversant 10% minimum des bénéfices du groupe au financement des projets (30% versés en 2010).

Ils déjeunent chez Cojean
Si les femmes étaient majoritaires les premières années, Cojean a vu sa clientèle s’équilibrer. Désormais beaucoup d’hommes partagent les petits tabourets de leurs collègues féminines. Clientèle plutôt cadre, aisée et fidèle (mais qui continue à trouver les prix excessifs selon notre petit sondage).

Ça cartonne chez Cojean
La salade thaï (attention aux oignons ++), le mini-sandwich de dinde, la soupe de lentilles et les fromages blancs au coulis de fruits.

Panier moyen : 11€.

On aime
Les soupes vraiment bonnes, le renouvellement mensuel de quelques produits de la carte (comme la mousse au chocolat bio en mai, délicieuse, 2,90 €), les valeurs de l’enseigne qui se traduisent en actes (valeurs visibles sur le site Internet, rubrique values).

On aime moins
Les portions un peu light. Une salade ne suffit pas vraiment et l’addition monte vite.

Adresses
Liste complète des magasins de Paris (+ Saint-Ouen, La Défense et bientôt Suresnes) sur www.cojean.fr/#/places

www.cojean.fr

A lire aussi : les autres épisodes sur Elgi, Jour, Exki et Qualité & Co.

JPEG - 91.5 ko
Le restaurant Cojean Miromesnil, à Paris
© DR

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales